créer un compte
se connecter


MAGAZINE // ... c'est quoi?

  • Image ENT.jpg
L'Environnement Numérique de Travail (ENT), c’est quoi ?
| Classé dans ... c'est quoi?
  • Lu 3709 fois
  • bulle   0
  •  
    1

ENT. Trois lettres pour Environnement Numérique de Travail. Pour beaucoup d’étudiants ils sont encore un terrain inconnu. Et pourtant ils sont bien là, porteurs d’applications et de services prêts à rendre la vie plus facile. A l’université, l’ENT est bien plus qu’un simple outil pédagogique. C’est un véritable portail de services. Un portail qui s’ouvre pour nous permettre d’explorer et de comprendre les ENT.

 

Les ENT peuvent s’avérer être des outils de pointe. Preuve en est, ceux des universités Paris Descartes (Paris V) et Paris Diderot (Paris VII) qui allient interfaces épurées à fonctionnalités innovantes. Les buts d’un ENT sont multiples. Outre permettre la modernisation de la gestion d’un établissement par le numérique ou encore rendre compte de la vie étudiante et des actualités de l’université, les ENT ont un rôle majeur à jouer dans les formes d’enseignement alternatives. « Nous cherchons à adapter notre ENT au nomadisme, à développer un grand nombre d’applications au format smartphone et tablette » confie François Cadé, Directeur de l’Informatique et des Systèmes d’Information (DISI) de l’université Paris Descartes. « Comme tous les ENT des établissements de l’enseignement, le nôtre est accessible à nos étudiants, nos professeurs et aux autres membres du personnel » souligne-t-il. « Seule l’interface change pour chacun d’eux ».

 

Des applications diverses

Avec un login unique pour toutes les applications proposées par un ENT, les étudiants peuvent ainsi gérer depuis leur espace numérique toute leur scolarité. « On compte au minimum 25 applications pour chaque profil sur notre ENT » précise François Cadé. Ainsi, les étudiants ont accès à une e-bibliothèque, des cours en ligne via la plateforme Moodle, un annuaire de contacts, une messagerie personnalisée ou encore leur emploi du temps. Mieux encore, l’ENT de Paris Descartes propose aux étudiants d’effectuer leur inscription pédagogique en ligne ou encore de prendre un rendez-vous avec une personne de l’administration directement via l’interface. Un service que propose également l’université Paris Diderot. Autant d’éléments qui visent à faire gagner du temps à tous et à faciliter les démarches. Ces universités proposent même l’accès à un réseau social baptisé « Les carnets 2 » pour Paris Descartes et « R2D2 » pour Paris Diderot,  sorte de Facebook pour les étudiants de chaque universités. « Nous apprenons ainsi à nos étudiants à faire la différence entre leur identité numérique personnelle et leur identité numérique professionnelle » analyse le directeur de la DISI de Paris Descartes.   

 

Et ce n’est pas tout ce qu’offrent ces ENT. « Nous proposons également des cours de langues en ligne, notamment de l’anglais médical » souligne François Cadé. « Lorsque l’un de nos étudiants se connecte, il est automatiquement identifié dans sa filière et on lui propose les documents afférents à son parcours. Cela lui évite de chercher dans toute la base de données ». Si un étudiant se reconnecte après une visite, il sera automatiquement orienté vers la dernière page consultée. « On facilite la tâche aux étudiants grâce à l’ENT » estime François Cadé. Les enseignants de Paris V ont également pensé à la formation à distance. «  La médiathèque en ligne propose un large choix de cours en ligne, de vidéos de séminaires ou de colloques. Pour les étudiants en médecine, les enseignants proposent également plus de 1500 images de lames de laboratoires virtuelles ou d’imagerie médicale » poursuit-il. Le tout sans oublier l’accès à un réseau professionnel que proposent les universités Paris Descartes et Paris Diderot.

 

Des contraintes techniques et juridiques

Pour soutenir son ENT, l’université Paris Descartes dispose de 80 Téraoctets de stockage et de 600 bornes wifi pour 14 sites d’implantation dans la capitale. « Notre ENT peut être accessible simultanément à 5 400 personnes les jours de résultats d’examens ». Au total, l’ENT de Paris V est accessible à 43 000 personnes. Et l’université se tourne déjà vers le cloud computing. « Notre datacenter est la première pierre vers un stockage Cloud » confie François Cadé. Gérer un ENT ne s’improvise donc pas et nécessite de se soumettre à des contraintes. « En termes juridiques il faut veiller à obtenir les cessions de droit d’auteur pour les cours ou des contrats de droit à l’image pour les vidéos par exemple. J’ai une réunion mensuelle avec des juristes pour veiller à bien respecter ces contraintes » déclare François Cadé. Les utilisateurs ne sont cependant pas écartés des projets, bien au contraire,  et les noms des rubriques sont choisis par eux. « Par exemple, dans l’interface étudiante, "SUAPS" est devenue "Sport" et " Les carnets 2" a été rebaptisé "Mon réseau social" pour plus de clarté » souligne le directeur de la DISI. Une démarche basée sur le dialogue qui prouve que les ENT sont un service avant tout dédié à faciliter la vie de ses utilisateurs. Chaque établissement de l’enseignement supérieur en possède un aujourd’hui, alors explorez le vôtre !

 

 

Par Etienne Schoeffel
Etudiant du dispositif La Chance aux Concours (promotion 2012)

Bandeau CAC

 

Crédit photo : STEF-ENS Cachan

S'abonner au flux RSS

Banniere-cle

banniere-SAEE-2014

Fiches pratiques

  • 1

    Si vous n'êtes pas hostile au partage du frigo (vide) et de la salle de bains (en bazar), vous...

  • 2
  • concours